[]

Forts doutes pour le grenelle de l’insertion

, par Fanch

Le grenelle de l’insertion, dont l’enjeu est de parvenir à améliorer l’insertion des personnes en grande difficulté face à l’emploi, avec des dispositifs plus simples et cohérents, a été lancé vendredi à Grenoble, sur fond d’attente forte mais aussi de doutes des associations.

Sous la houlette du Haut commissaire aux Solidarités actives, Martin Hirsch, associations, élus, représentants syndicaux et patronaux et personnes en insertion elles-mêmes, sont réunis pour deux jours, vendredi et samedi, posant les bases d’une concertation qui doit durer six mois.

"Le grenelle favorise les échanges, les confrontations entre personnes qui n’ont pas l’habitude de parler ensemble", a-t-elle dit, reconnaissant que les entreprises "avaient à apprendre des entreprises d’insertion".

Seul leader syndical présent au grenelle, le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, a rappelé qu’un "grenelle, c’est une négociation", cela implique "une rupture" dans les politiques visant l’insertion des personnes exclues du monde du travail.

"Il faudra des arbitrages politiques", a-t-il prévenu.

Le grenelle de l’insertion a pour objectif de simplifier les dispositifs existants, pour une meilleure efficacité, en allant jusqu’à la création d’un "contrat unique d’insertion", à la place de la dizaine de contrats existants.

Mais "le contrat unique d’insertion, c’est tout sauf un contrat uniforme", a assuré Martin Hirsch, "c’est un contrat qui doit pouvoir se faire sur mesure, et répondre aux besoins de la personne et de l’employeur".

Cela signifie, "donner la responsabilité" aux acteurs de l’insertion "de déroger aux règles pour une certaine proportion de contrats, avec un financement et une évaluation a posteriori", a-t-il expliqué.

"Ce n’est pas dans la tradition française", a-t-il reconnu, "d’expérimenter ou de faire confiance aux acteurs eux-mêmes" de l’insertion.

Les doutes des associations s’appuient aussi sur le fait que "le gouvernement diminue le nombre et le financement des contrats aidés au moment où il lance grenelle de l’insertion", a rappelé la présidente de la Fnars.

Fanch