[]

La révolte gronde chez Facebook

, par Fanch

La nouvelle stratégie publicitaire dévoilée début novembre 2007 par le site de réseau social a apparemment du mal à passer.

Pour Mark Zuckerberg, fondateur du site, ce ne sont pas les réactions épidermiques de certains internautes, effarés à l’idée que leurs informations personnelles et leur profil soient vendus à des publicitaires, qui devraient changer la donne.

Depuis son lancement en 2004, Facebook a toujours entretenu des relations passionnées avec ses membres.

Il y a eu les états d’âme des premiers utilisateurs du site, des étudiants des plus grandes universités américaines, qui avaient mal supporté l’ouverture de Facebook au grand public.

Plus significatif, peut-être, fut l’appel au boycott du site en septembre 2006.

Tout était parti d’une nouvelle fonction (le news feed, un fil d’actu pour tenir vos amis au courant de ce que vous faites), maladroitement mise en ligne par les développeurs du site.

Elle ne donnait pas aux utilisateurs le moyen de contrôler quelle information pouvait être diffusée dans leur réseau Facebook.

Dans un mail posté sur le blog du site, Mark Zuckerberg avait tenté de rattraper la bévue.

Vers un exode massif des membres de Facebook ?

Les derniers propos de Mark Zuckerberg rapportés dans la presse montrent toutefois une légère évolution dans l’idée qu’il se fait de son bébé.

« Nous allons aider vos marques à faire partie des conversations quotidiennes entre les membres », a récemment indiqué l’ex-étudiant d’Harvard, dans un courrier (confidentiel) adressé à ses annonceurs.

Reste à savoir si les effets induits par la nouvelle stratégie publicitaire de Facebook ne seront pas plus dévastateurs qu’une simple boulette technique dans la mise en ligne d’une application.

Cette fois, on pourrait bel et bien assister à un exode massif des membres vers d’autres réseaux sociaux.

Fanch