[]

Microsoft lance Windows Home Server

, par Fanch

Les premiers ordinateurs équipés de Windows Home Server, le système d’exploitation pour serveurs domestiques grand public annoncé en janvier dernier par Microsoft, sont en vente sur Internet depuis quelques jours.

Pour l’instant, seuls des assembleurs-intégrateurs comme LDLC, Omwave ou Materiel.net proposent ces machines à des prix oscillant entre 400 et 2 500 euros.

Pilotées à distance par un autre PC, ces machines dédiées à des tâches comme la sauvegarde et la restauration des PC familiaux ou le streaming des contenus multimédias sont livrées par ces différents fournisseurs, sans écran, ni clavier, ni souris.

Comme l’un des principaux services fournis en standard par Windows Home Server est le stockage, les machines sont équipées en standard de disques durs de grande capacité.

Les modèles d’entrée de gamme, comme le PC Source à monter soi-même de LDLC vendu 470 euros, sont livrés avec un disque de 400 Go.

Intégrateur de PC haut de gamme, Omwave pousse la capacité de ses OMServers jusqu’à 4 téraoctets (compter alors 2 460 euros).

Cet espace de départ peut encore être étendu avec l’ajout de disques externes USB.

Pour les utilisateurs (10 PC connectés au maximum), tous ces disques sont alors vus comme un espace de stockage unique.

Destinées à fonctionner en permanence, les machines utilisent des processeurs de puissance moyenne (Celeron, Sempron, Pentium M, etc.) afin de limiter la consommation électrique - et au passage le prix d’achat du serveur.

Certains intégrateurs ont également veillé à limiter le niveau sonore de leur appareil.

« Comme pour les PC de salon, nous recommandons un bruit en fonctionnement inférieur à 33 décibels », commente Jérôme Dakono, chef produit de Windows Home Server chez Microsoft France.

Pour l’instant, Microsoft ne fait pas de publicité pour son nouveau système d’exploitation, vendu aussi sans machine environ 160 euros sur Internet.

« Notre Scaleo Home Server sera proposé début janvier à 600 euros avec un disque dur de 1 téraoctet et un niveau sonore inférieur à 30 décibels », confie Olivier Medam, directeur commercial de la division grand public de Fujitsu Siemens Computers en France.

Fanch