[]

"The French Democracy", le média de l’année ?

, par Fanch

Ce designer de 27 ans, installé à son compte à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), en banlieue parisienne, ignorait tout des "machinimas", mais quand il décide de s’exprimer sur les violences qu’ont connues les banlieues françaises le mois dernier, c’est sur cette forme de cinéma d’animation en 3D qu’il porte son choix.

Résultat : un portrait d’une France profondément raciste, un petit film d’animation de treize minutes fabriqué avec un logiciel basé sur la technique des jeux vidéo, et qui a déjà suscité une avalanche de réactions aux Etats-Unis -le public ciblé- mais aussi en France.

Le film a fait également l’effet d’une bombe dans le petit monde des amateurs de vidéo d’animation en ligne, qui ont réalisé que ce média hybride pouvait avoir une portée politique, bien au-delà des clichés sur lesquels sont bâtis les jeux vidéo.

"Quand j’ai vu pour la première fois ce film, +The French Democracy+, ça a été un grand moment parce que j’ai réalisé l’utilisation qu’on pouvait faire de ce média", explique Paul Marino, qui dirige à New York l’Académie des arts et sciences "Machinima".

"Alex a touché les gens avec quelque chose qui vient du coeur, une forme d’expression militante.

Dédié à Zyed et Bouna, les deux jeunes électrocutés de Clichy-sous-Bois dont la mort le 27 octobre a déclenché les violences de novembre, le film d’Alex Chan met en scène trois jeunes noirs confrontés à la discrimination raciale dans la rue, lors de contrôles d’identité ou dans les démarches pour trouver un logement ou un emploi.

Fanch